Appel à contributions

Lire le projet

Portfolio

Acte II - introduction à la corruptibilité

Le texte se constitue telle une matière en mouvement qui cherche à fabriquer de l’altérité à partir de l’idée d’usure – intuition que les auteurs cherchent dans le même temps à définir. La forme, oscillant entre poésie et philosophie, ouvre une cave à outils en vue d’un usage qui reste indéterminé.

Une pensée de l’usure en tant que phénomène pré-humain, n’est pas attachée de façon évidente ni inhérente à une politique. Ainsi le texte outrepasse une exigence rigoriste malvenue pour émettre des brèches de potentialités.

La subsumation
Tout vivre-ensemble est fictionnel. Les substances discontinues [1] réunies, après l’élan discursif du médecin-chef, autour du feu se regardent à la lumière du langage, se perçoivent unies, saines, et presque identiques… [2]
Dans son acceptation [3] la politique constitue un packaging. C’est le domaine de la sur-stance détachée, trame fixe, miroir statique coupé de l’objet de son reflet, la chose du langage vide, les commentaires sans texte. Alors s’interrompt la résonnance entre sur-stance et substance [4], où s’origine la subsumation ; comme impossible représentation derrière la limite.
Là, l’homme subit la réalité. Les possibles perçus sous le couvercle de la subsumation [5] sont biens maigres si l’on ose songer aux possibles – toujours implicitement – exclus. Les hommes fades ont ainsi forclos la contingence comme unique horizon des possibles. La contingence passe pour nécessité. Rien ne va plus.
La subsumation fait obstacle à l’investissement de la corporéité dans le sensible, opportunité primitive de l’usure. Elle lisse l’espace sous les regards flattés, pendant qu’elle empêche l’espace de se sentir dans sont épaisseur, sa rugosité.

Il se pose bien la question d’un éthos/èthos, d’une tenue, d’un positionnement, question qui colle aux pieds de l’Homme et de sa désagréable majuscule. Se positionner par rapport à l’altérité, positionner l’altérité dans la perspective d’une pensée de l’usure sont les deux faces d’une même abstraction dont la prétention consiste à se placer au-dessus. Or c’est toujours dedans, une position en mouvement partiale et partielle qui ne peut être qu’un moment de son auto-compréhension. Nos propositions usurières travaillent à l’élaboration de possibles, comme une pensée du débordement transgressant les réels fictifs.

Haracton Larvatus                                                                                   
                                                   
                          

Mobilités
La stabilité –toujours facile – ment, elle suinte le piédestal refuge. Les séjours sincères sont mobiles, se constituent dans leurs fluences, ils ne sont donc jamais absolument sincères [6]. Par une constellation d’actions il est possible d’effectuer se passage ;

Voué à la tempête, l’être-au-temps affronte la durée avec comme moteurs l’irréversibilité et l’oubli [7]. Étranger perdu (alors capable de gain), gagnant familier (alors capable de perte), le sujet tout le temps étonné/blasé saute des mondes par ellipse et remplit des instant par accumulation ; le jeu balistique d’alourdissement/allègement de la connaissance de concrétion – en puissance et en acte – est l’instrument singulier au vécu mobile. Il se forme par là une reprise [8] perpétuelle, mouvement obsessionnel. L’altérité n’est alors jamais reconstruite comme un même, elle est toujours en surprise.
Traversée par contact et contamination. Raclures, miettes et frottements (s’)ouvrent. Élans, Béances tendus vers un indéterminé positif [9].
Jusqu’à l’aliéné authentique [10].

(d’après) Athila                                                                                  
                                                   
                          

Usurpations
Qui n’est pas substitution, qui n’est pas parasite.
Il s’agit de prendre la place de, jouer à l’autre, se jouer de lui, là où l’acteur fluctue dans les résonnances avec une altération construite et jamais pleinement réalisée.
Mais à la fois [11] sous influence et détournement.

À grands seaux de sueurs enjoués se produisent les situations accidentées, le milieu retrouve son potentiel de motifs son grouillement velu, changements de directions imprévues. Perversions [12]. Les systèmes qu’ils soient à penser ou à nourrir sont usés et, dans ces gestes, l’exploration de la sur-stance génère une substance imprévue, alors que le jouir de la substance provoque des échos sur-stantiels sulfureux. Communication au travers des limites de la subsumation, frottements avec l’inconnue (les yeux fermés).
Le monde putréfié se décompose et se recompose alors par la corruptibilité, dans les multiples moyens d’incarner – charnels. La forge aux principes hybrides, usine baroque à produire les pires délices. La porte de la chambre froide s’ouvre de l’intérieur aux chemins de traverse, aux règles variables.

Navonien                                                                                  
                                                   
                          

PNG - 359 ko
cruci-fiction n°2 - le cascadeur du golgotha

Masques

Masque peur
Masque mort

Rires

Peau sur peau, masque
Masque ouvert, masque masqué

Massacre

Mer de mensonges vrais [13]

L’A-nommé Éminent                                                                                  
                                                   
                          

Pestes
« Les derniers vivants s’exaspèrent, le fils jusque là soumis et vertueux, tue son père ; le continent sodomise ses proches. Le luxurieux devient pur. L’avare jette son or à poignés par les fenêtres. Le héros guerrier incendie la ville qu’il s’est autrefois sacrifié pour sauvé. L’élégant se pomponne et va se promener sur les charniers. »
« Le théâtre comme la peste est à l’image de ce carnage, de cette essentielle séparation. Il dénoue des conflits, il dégage des forces, il déclenche des possibilités, et si ces possibilités et ces forces sont noires c’est la faute non pas de la peste ou du théâtre, mais de la vie. » [14]

Les guerres civiles rendent sensible le pouvoir-ne-pas-être de l’ordre des choses, et par là déploient une créativité terrible. Le monde se déchire par pans entiers dans le regard, c’est le lieu du vivre au-dessus [15] sans appels. Le moment de tous les moments. Une sacralité dense, les impossibles spatialement éclatés et replongés dans le réel carnal en vecteurs multiples ; le milieu du faire.
Et sous la subsumation il est bien évident que le sens commun se refuse à l’admettre puisque c’est un des espaces d’exception où l’on a pu dire que « tout est possible » [16].
La traversée collective dans l’espace s’épaississant à force de situations construites spontanément.
Débordement. Les flots montent avec la température, excitants les brumes s’emballent. Les aspérités s’agitent, échangeant leurs substances. Faisant sauter les barrages de valeurs. Brisant les vases communicants. Qu’importe l’écume.

L’Ange des Attides