Appel à contributions

Lire le projet

Portfolio

Saynète des miroirs de l’autre


Le texte des enfants de Saturne se constitue telle une matière en mouvement qui cherche à fabriquer de l’altérité à partir de l’idée d’usure – intuition que les auteurs cherchent dans le même temps à définir. La forme, oscillant entre poésie et philosophie, ouvre une cave à outils en vue d’un usage qui voudrait rester indéterminé.

Une pensée de l’usure s’est appropriée l’interprétation dès sa genèse, il est trop tard pour prendre du recul. Mais à sa manière, intriquée dans les subjectivités et leurs conflits, l’usure est inéluctablement traversée par une interprétation-action.
Étrangement, et malgré les réticences, c’est par l’interprétation que l’usure semble la plus humaine.

Interactions
Haracton  : Je suis l’interpres, descendu du latium comme messager. L’entre est mon lieu et je ne me joins à vous que pour mieux m’en détacher. Pourtant, le pont s’il s’écroule, porte un marcheur.

Athila  : Dans notre monde-estomac, il n’y a que la vanité pour s’attacher aux substances, elles s’écoulent entre nos doigts [1], è acqua che passa  !

L’ange des Attides : Il faudrait pour cela laisser de coté la valeur… quel est ton pretium intermédiaire ?

Un profond rire traverse l’estomac,
Secoue les esprits,
Puis s’apaise.

cruci-fiction n°3 - Le rêve d'Atlas

Haracton : Pour tout dire, la valeur est le levier de l’action. Par elle nous mettons en place des potentiels. C’est le motif des mouvements subjectifs toujours à l’affût des possibles. De cette manière notre monde se polarise. Il y a un haut et un bas, une bouche et un cul, tant que nous accordons aux substances des qualités plus moins culinaires ou digestives.
Comprenons-nous ; interpréter modifie le réel, et il en aura toujours pour intervertir les orifices…

Navonien, qui jusque là c’était tenu à l’écart, l’interrompt : Toute morale est une mauvaise interprétation, c’est certain ! Elles prennent toujours l’étoile polaire pour le continent et échouent parmi les substances en continuant à les toiser :
« Évite cette erreur, oui, prémunis-toi bien :
La claire lumière des yeux n’a pas été créée
Pour que nous voyions au loin, ce n’est pas d’avantage
Pour marcher à grands pas que les cuisses et les jambes
Se plient à leurs extrémités et s’appuient sur les pieds,
Les bras ne sont points attachés à de fortes épaules,
Les mains des servantes qui flanquent notre corps
Pour que nous puissions fournir aux besoins de la vie.
Toute explication de ce genre est à contresens,
Inversant les rapports dans le raisonnement
Puisque rien dans le corps n’est pour notre usage formé,
Mais, lorsqu’un organe s’est formé, il crée l’usage. » [2]

L’Ange des Attides : Il y a usure sans la moindre action humaine. Les montagnes s’écoulent dans les ravins des siècles. Parmi cette multitude d’actions entremêlées, le saisissement du tissu multidirectionnel, l’altère. Le tissu du monde étant relationnel l’interprétation fait épreuve sur lui et le marque de son empreinte. L’interpréter se fait alors un des moteurs de l’instabilité. Et dans le flot des saisissements réside le mouvement trans-individuel du jeu.

Simulacres
Haracton : Ma dernière carte doit maintenant être dévoilée : c’est per – trafiquer – elle est indo-européenne. La corruptibilité vous est un indice précieux pour naviguer dans les décompositions/recompositions collectives [3].

Navonien : Mais ce carnaval est aussi celui de la foule apeurée qui joue à ce qu’elle voudrait être, la pire façon d’interpréter certainement ; jouer le rôle d’un désir subsumé.

Il vaut mieux une peau qui se décolle de l’acteur qu’un masque sans acteur pour le porter.

Haracton : Les masques sont aussi les facettes, des devenirs, qui reflètent et se reflètent, perdant l’image dans le bain du diversiel. Il en naît un jeu, jeu mécanique des interstices, des écarts qui permettent au mouvement de différer la statique. De surprendre par remous l’agencement du monde.

Athila : Il faut se battre pour la différence première, la distance de la peau et du masque. Sans elle il ne reste aucun interstice au joueur. L’excitation monte par frottements qui s’effectuent dans l’espace mince mais salutaire qui sépare les mots des choses, les fait s’accoupler, s’hybrider, se déchirer. Il n’y a que des coups pour cela :
Coups de butoirs, coups de foudre,
Coups de crayon, coups de langue,
Sales coups, cous tordus
Coups par coups par à-coups
À couper le souffle

Navonien : Se tromper quand cela nous fait toucher la mort donne au plaisir des possibilités décuplés. Pour autant la prise reste nécessaire, ce qui ne lui empêche jamais de se révéler achoppement, les aspérités ont se caractère labile.

Athila : « Comme un esclave ladre voit partout des maîtres radins – vous voyez en moi vos propres ulcères ! » [4]

Transits
Navonien, prend un crayon qui était là depuis toujours : Toute recherche peu à peu quadrille son objet au moyens d’éclairagistes (toujours voyeurs). Ils donnent des directions au regard et dans le même temps indiquent ses champs d’évasion. Dans la région d’illumination commune il est possible de commencer à regarder l’objet bouger. Et de jouir du mouvement des ombres.
figure

Haracton : La grotte n’est pas à Platon. L’imagination lui manque. En fin de compte nous y sommes, elle nous digère. Et nous autres « rêveurs sommes attachés aux valeurs de cavernes » [5], elles nous font voyager dans leur micro-macrocosme fait de particules suggestives.

Navonien : Il faut toutefois préciser : la perception se joue dans l’action, le voyageur se déplace, immobile il ne voyage qu’en lui-même. C’est pour agir qu’il se rapporte à l’environnement grotesque et lui donne du sens.
Les vaches à trains qui interprètent pour interpréter jouent le jeu du spectaculaire de l’inflation culturelle, mais quel jeu ? La stérilité d’une posture. L’éclairagiste, ennuyé, éteint sa lanterne.

Athila : La seule pierre ponce pour user le soleil c’est ce frisson qui déhanche les astres et laisse en bouche un goût camphré. J’avale vos lumières par horreur, je sors.
Les herméneutes pleurent.

L’Ange des Attides : Laissez-le ! Il danse sur le bord du ravin, mais son absurdité fait sa joie, il n’y a que là qu’il est grand. Saletés de certitudes ! L’interprétation est moins faîte pour s’assurer le pas que pour chatouiller la faucheuse.
L’astre du jour embaume la scène, douche les acteurs d’une chaude lumière.
La touffeur fait monter l’excitation et l’Ange exulte dans un moment d’oubli.

Éthos
Haracton : Maintenant vient le pire…

Athila, en sortant : …l’autre !

Navonien : Horreurs, effrois,… rapports
À la fois l’action s’impose, il faut qu’un mouvement se porte vers lui, et dans le même temps préserver l’altérité de l’autre. Qu’est-ce alors ?
« Durée : La brûlure du chant d’un coq.
Sera-ce le lieu chimique, riche du sang des leurres, propices au rocher sous le tumulus des ferveurs ? » [6].
S’il peut y avoir une inattention civile [7], l’indispensable événement qu’est la rencontre ne peut pas sceller l’interprétation au visage de l’étranger, au risque de ne rester qu’avec soi-même.

L’ange des Attides : Exigence terrible.
L’outre-tombe qui marche partout.
Et malgré l’abîme, il faut écarter tout esprit de sérieux.

Navonien : Et voilà l’autre qui bouge… Il n’aura jamais été là où on l’attendait. Douleur opaque du trompé mal vu et du trompeur malappris.

Haracton : Tout cela fini ainsi :
« Un nourrisson cherche à saisir un objet suspendu, mais, au cours d’un essai infructueux se borne à le toucher et il s’ensuit un balancement qui l’intéresse à titre de spectacle inconnu » [8]